Un appel au calme

Depuis quelques jours, le ton hausse en pharmacie. Des pharmaciens et membres de leurs équipes se sont fait injurier parce qu’ils étaient à court de trousses de tests de dépistage de la COVID-19. Certains se sont fait accuser de voleurs, ou de s’approprier les tests pour eux-mêmes ou leur famille. Ces situations sont devenues malheureusement trop fréquentes.

Cette semaine, on apprenait qu’un total de 3 millions de tests devraient être livrés dans les pharmacies au cours des prochains jours; une excellente nouvelle. Cet arrivage devrait régulariser la situation et souhaitons-le, faire en sorte que l’offre surpasse la demande. Il y a de l’espoir que la pression baisse considérablement.

Maintenant, je me permets de lancer un appel au calme. Les derniers mois ont été durs pour tout le monde, et les pharmaciens et leurs équipes n’ont pas été épargnés. La très grande majorité d’entre eux fait un travail remarquable, dans un contexte difficile. On exige des pharmaciens qu’ils en fassent plus qu’avant : la distribution des tests rapides n’est qu’un exemple.

Les pharmaciens vaccinent contre la COVID-19 (actuellement 75 000 vaccins/semaine), prolongent beaucoup plus d’ordonnances et prennent en charge l’ajustement des doses de médicaments de plusieurs patients pour venir en aide à leurs collègues médecins et infirmières. Les pharmacies étaient déjà des lieux de santé, mais elles le sont maintenant plus que jamais!

La pénurie frappe dans notre domaine comme dans beaucoup d’autres. Malgré cela, les pharmaciens et leurs équipes réussissent à offrir des soins et services pharmaceutiques de qualité. Pour maintenir cette offre, il faut garder notre monde dans les officines.

À l’Ordre, nous n’hésitons pas à faire des mises au point et des rappels aux pharmaciens lorsque des choses ne se déroulent pas comme elles le devraient. Cette fois-ci, c’est à la population que nous envoyons un message.

Nous remercions tous ceux et celles qui sont compréhensifs face à la situation compliquée que vivent nos pharmaciens et leurs équipes, notamment face à l’enjeu de distribution des tests rapides. Et pour les autres – une infime minorité – je vous lance un appel à la bienveillance et à l’empathie, non seulement envers nos pharmaciens et les membres de leurs équipes, mais aussi auprès de tous nos travailleurs de la santé qui se battent corps et âme pour venir à bout de cette pandémie.

Bonne année 2022!

Bertrand Bolduc

Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires

  1. Je travaille depuis plusieurs années mais celle-ci est vraiment épuisante. La pression est énorme et le manque de personnel en rajoute. Merci de vous soucier de nous