Comment préparer votre retour à la pratique

Cela fait déjà plus de cinq ans que vous n’exercez plus la pharmacie auprès du public au Québec, mais vous souhaitez reprendre la profession? C’est possible, à condition d’actualiser vos connaissances.

Les étapes à suivre pour un retour à la profession réussi

Avant d’amorcer le processus de retour à la pratique, discutez de votre situation avec le conseiller au registrariat de l’Ordre.

Ce formulaire est disponible dans votre dossier en ligne. Pour l’activer, il faut d’abord avoir informé le conseiller au registrariat de votre retour à la profession (voir l’étape 1). La demande doit contenir tous les renseignements nécessaires à l’étude de votre dossier, soit votre cheminement académique, votre expérience de travail, la formation continue que vous avez réalisée au cours des cinq dernières années, les références et autorisations nécessaires pour consulter votre dossier professionnel, etc. Des frais de 388,18 $ sont à prévoir pour assurer l’analyse de votre dossier.

Dans les 60 jours qui suivent la réception de votre demande, nous vous ferons part des mesures les mieux appropriées selon votre dossier. Ces mesures comportent un stage d’actualisation d’une durée de 200 à 600 heures, selon la période d’absence. Cette durée peut être réduite si vous avez exercé la pharmacie auprès du public dans une autre province canadienne. L’Ordre peut également exiger que vous suiviez un ou plusieurs cours. L’année de diplomation en pharmacie, le nombre d’années d’expérience en milieu clinique (au Québec ou ailleurs), de même que les activités paraprofessionnelles en lien avec la pratique constituent les éléments pour déterminer la mise à niveau requise. Dans tous les cas, les cours et le stage exigés doivent être complétés en moins de 12 mois, comme le stipule le Règlement sur les stages et les cours de perfectionnement de l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Après avoir pris connaissance des mesures d’actualisation requises, vous aurez à choisir l’une des options suivantes : l’engagement d’actualisation volontaire ou l’examen d’aptitude partie Il (ECOS) du Bureau des examinateurs en pharmacie du Canada.

L’engagement d’actualisation volontaire

Cette première option vous engage à suivre les mesures d’actualisation identifiées lors de l’analyse des éléments fournis dans votre dossier. Ce document ratifie le programme d’actualisation à réaliser, entre autres, la durée du stage, les cours à suivre, les modalités ainsi que le délai à respecter. Le retour à la pratique est une démarche sérieuse. Toute contravention à l’engagement d’actualisation volontaire peut entraîner le transfert de votre dossier au comité d’inspection professionnelle ou à une enquête du syndic.

L’évaluation des connaissances effectuée à l’aide de l’examen d’aptitude – partie Il (ECOS) du Bureau des examinateurs en pharmacie du Canada (BEPC)

Cette option implique la réussite de la partie II de l’examen d’aptitude du Bureau des examinateurs en pharmacie du Canada (BEPC). Si vous choisissez cette option, vous devrez fournir le formulaire Demande d’admission à l’examen d’aptitude – partie II (ECOS) dûment rempli ainsi que le paiement des frais d’inscription à l’examen au registrariat de l’Ordre, qui les transmettra au BEPC, en respect de l’entente intervenue entre le BEPC et l’Ordre. Cet examen est offert deux fois par année, en mai et en novembre. Le résultat de l’examen servira à déterminer les cours requis. La réussite de cet examen limite la mise à niveau au seul cours sur la loi et le système de santé québécois, le cas échéant. Le stage d’intégration demeure obligatoire pour tous.

Le registrariat effectue le suivi de votre dossier dès sa réception jusqu’à sa fermeture. Il vous informe et vous accompagne tout au long de votre actualisation. Le registrariat participe à l’encadrement de votre stage et rencontre votre maître de stage. Il vous confirme la reprise de vos activités professionnelles lorsque le programme d’actualisation est complété avec succès et vous informe de la fermeture de votre dossier d’actualisation.