Conflit en Ukraine: les dons de médicaments passent par les ONG

Face au tragique conflit qui se dessine actuellement, certains patients ont sollicité les pharmaciens d’ici pour obtenir des dons de médicaments en vue de les envoyer à la population en Ukraine. Loin de moi l’idée de briser ce magnifique élan de solidarité, mais une mise en garde s’impose : votre pharmacien n’est pas la bonne courroie de transmission pour acheminer des dons de médicaments en urgence. Le don à un organisme humanitaire reconnu reste la meilleure démarche à entreprendre.

À l’Ordre, nous comprenons bien cette volonté de faire sa part pour aider les populations en détresse, surtout lorsqu’il est question d’approvisionnement en médicaments. Ces nobles intentions de la population et de nos pharmaciens, nous les respectons au plus haut point.

Cela étant dit, face à des défis logistiques de cette ampleur, ce n’est pas vers votre pharmacien que vous devez vous tourner. Les médicaments n’étant pas des produits comme les autres, leur distribution est fortement règlementée. Le pharmacien n’est pas autorisé à fournir des médicaments en gros à une quelconque organisation que ce soit. D’ailleurs, il n’est pas recommandé à un patient québécois d’acheminer ses médicaments non utilisés dans des régions en crise.

Il existe d’autres vecteurs au pays pour mettre en branle un approvisionnement de médicaments et des fournitures médicales pour des populations sous le feu de la guerre.

Un don à des organisations humanitaires d’ici comme la Croix-Rouge canadienne, la Fondation Canada Ukraine, Médecins sans frontières Canada, Partenaires canadiens pour la santé internationale (HPIC), par exemple, peuvent faire une différence fondamentale.

Ces organisations humanitaires sont habituées aux approvisionnements pharmaceutiques en situation de crise et fournissent habituellement les outils et les médicaments nécessaires aux besoins spécifiques de la région, selon une liste acceptée par les autorités locales.

Ils représentent le meilleur outil pour aider nos amis ukrainiens en ce qui a trait à l’aide humanitaire dans toute sa complexité. Pour aider, il ne faut pas hésiter, il faut faire un don!

Ce billet de blogue est signé par Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Publié dans Enjeux sociaux, Prévention

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

0 commentaire