Canicule et prise de médicaments : la prudence avant tout

Au Québec, les canicules seront de plus en plus fréquentes au cours des prochaines années, notamment en raison des changements climatiques. Plusieurs diront : « Ce n’est pas la fin du monde, l’été québécois est tellement court ! ». 

Pour moi, ce n’est pas une bonne nouvelle. Instinctivement, un pharmacien n’aime pas les canicules, car il existe un très grand nombre de médicaments pouvant aggraver l’effet de la chaleur excessive et causer beaucoup de problèmes à nos patients, mais aussi à nos proches qui suivent des thérapies médicamenteuses.

Concrètement, la prise de certains médicaments peut causer l’absence de transpiration ou une transpiration excessive ou troubler la thermorégulation du corps, c’est-à-dire la capacité à réguler la température autour de 37,5 degrés.

Les conséquences peuvent être désastreuses pour la santé : déshydratation, hyperthermie, coup de chaleur.

On ne le dira jamais assez souvent, il ne faut pas oublier que la prise de médicaments n’est jamais sans danger, et ce, même pour les médicaments en vente libre.

Dans un contexte de vague de chaleur, nous devons tous faire preuve de prudence en portant une attention toute particulière à notre consommation de médicaments ainsi qu’à celle de nos proches, peu importe notre ou leur condition physique.

Il ne faut jamais hésiter à consulter un pharmacien en cas de questions. Ces simples précautions peuvent éviter beaucoup de désagréments, et même, sauver une vie.

Des populations à risque

Selon une compilation réalisée récemment par le Journal de Montréal, la chaleur excessive aurait causé ou contribué à la mort de 166 personnes au Québec entre 2015 et 2020. Parmi les victimes, 52 % sont des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale ou de consommation.

Malheureusement, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé mentale sont toujours surreprésentées parmi les victimes de vagues de chaleur.

Par la force de leur travail, les pharmaciens côtoient tous les jours des patients qui peuvent correspondre aux victimes « classiques » de ces vagues de chaleur. J’ai une pensée toute particulière pour eux pendant ces moments, car ils sont spécialement vulnérables. Ces personnes peuvent être votre ami, votre mère, votre grand-mère, tellement ils sont nombreux. Pour la plupart d’entre eux, l’isolement social peut constituer une condition fatale lors des canicules.

Pour leur venir en aide, il est très important de prendre de leurs nouvelles, de les inviter à bien s’hydrater, de trouver un endroit où ils pourront être au frais et de se renseigner sur leurs traitements pharmaceutiques.

En cas de question en tout genre avec votre médication ou celle de vos proches, n’oubliez pas qu’un pharmacien sera toujours là pour vous épauler.

Consulter un pharmacien peut faire toute la différence pendant une canicule. 

Ce billet de blogue est signé par Bertrand Bolduc, président de l’Ordre des pharmaciens du Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

0 commentaire