Message aux étudiant(e)s, jeunes diplômé(e)s et pharmacien(ne)s pour la rentrée

À l’occasion de la rentrée universitaire, le président de l’Ordre, Jean-François Desgagné, souhaite adresser un message aux étudiant(e)s, aux jeunes diplômé(e)s et aux pharmacien(ne)s.

L’été est terminé : « on a rangé les vacances dans des valises en carton », comme chantait Brigitte Bardot. Pour nos étudiant(e)s en pharmacie, c’est en effet le début de l’année universitaire, et je souhaite leur adresser un mot d’encouragement. Pour nos jeunes diplômé(e)s, je désire les encourager à s’engager dès maintenant pour la profession. Et pour nos pharmacien(ne)s d’expérience, je souhaite les inviter à prendre sous leur aile la prochaine génération.

Aux étudiant(e)s

Pour ceux qui commencent tout juste leurs études, je vous dis : vous allez avoir beaucoup de notions nouvelles à assimiler, ça ne sera pas simple, mais à la fin, ce sera très gratifiant. Pour celles et ceux qui sont plus avancé(e)s dans leur parcours, vous allez franchir de nouveaux jalons et acquérir de nouvelles compétences. Et je parle en connaissance de cause, ce sentiment d’avancer, de s’améliorer, en évoluant parmi des camarades qui partagent un même état d’esprit, une même vision de leur rôle comme futur(e)s pharmacien(ne)s au service de leurs patient(e)s, c’est un véritable bonheur.

La formation dispensée dans les facultés de pharmacie a considérablement changé pour le mieux depuis l’époque où j’étais moi-même étudiant. Elle met bien davantage l’accent sur la professionnalisation, en intégrant chaque année des stages dans différents milieux. Comme étudiant(e), vous avez ainsi de multiples occasions de diversifier vos connaissances et votre savoir-faire. Effectuez vos stages dans différentes régions, car la réalité de la pratique n’est pas la même à Montréal et au Nord-du-Québec! À la fin de vos études, vous serez d’office des professionnel(le)s compétent(e)s et performant(e)s, aptes à bien accompagner vos patient(e)s.

Aux jeunes diplômé(e)s

Notre profession a considérablement progressé depuis 30 ans, et votre rôle, ce n’est pas de dire « quel chemin parcouru! », mais plutôt « comment peut-on faire pour encore améliorer les choses, pour mieux accompagner et impliquer nos patient(e)s dans leur traitement, pour être plus efficaces »? Je vous le dis franchement : le meilleur est à venir. Et quand je vois la qualité des nouvelles et nouveaux pharmacien(ne)s qui commencent à exercer, je suis admiratif, et confiant pour notre futur.

C’est pourquoi je vous appelle à vous engager pour la profession, dès à présent. Je pense que vous ne réalisez pas tout ce que vous avez à apporter, l’importance de votre voix, vos idées, vos projets. Vous n’avez pas besoin d’attendre cinq ans pour prendre des initiatives et être à l’avant-scène : organisez des formations, des conférences, des campagnes de dépistage et de sensibilisation dans les pharmacies. Participez à des comités de réflexion, intégrez les associations telles que l’A.P.E.S., l’AQPP ou encore l’APPSQ. À l’Ordre, nous réfléchissons activement à un moyen de vous impliquer davantage dans nos travaux. Les étudiant(e)s avaient déjà participé aux discussions entourant le projet de loi 31, mais nous aimerions que ces sessions de remue-méninges soient plus fréquentes. Les CRSP et les tables régionales recherchent elles aussi des talents, n’hésitez pas à les rejoindre!

Aux pharmacien(ne)s d’expérience

Enfin, je lance un message aux pharmacien(ne)s : impliquez-vous dans la formation des étudiant(e)s! Nous manquons de personnel, et la prochaine génération est là, sous nos yeux. Il faut la soutenir et lui offrir des stages. C’est exigeant, mais on bénéficie grandement d’eux, et on leur permet d’avancer dans leur formation. La situation est telle que certains d’entre eux peinent à trouver un milieu de stage pour les accueillir. Alors soyons généreux, pensons sur le long terme, et à la fin, pharmacien(ne)s comme patient(e)s, nous en sortirons tous gagnants.